Situation le 01 janvier 2020 telle que connue dans db2p le 28 octobre 2020

Montant des réserves

À combien s’élèvent les constitutions de pension complémentaire ?

Pour connaître le montant des pensions complémentaires, on examine les réserves acquises au 1er janvier 2020. Il s’agit de des réserves de pension qu’un affilié a déjà constitué jusqu’à présent dans un ou plusieurs plans de pension. Ce montant peut encore évoluer jusqu’à la date de prise de cours de sa pension.

Les réserves acquises s’élèvent en moyenne à 23.339 €, mais la moitié des affiliés ont épargné moins de 3.344 €

Pour l’ensemble des 3,9 millions de personnes avec des droits de pension complémentaire, la réserve moyenne acquise s’élève à 23.339 €. La réserve acquise de l’affilié moyen, c’est-à-dire la médiane, s’élève à 3.344 €, ce qui est donc considérablement inférieur à la moyenne. Cela signifie ainsi que la moitié des affiliés ont jusqu’à présent épargné une réserve de pension d’au moins 3.344 € et que l’autre moitié se trouve sous ce seuil.

Si on s’intéresse à la répartition des réserves acquises par sexe, on constate que la pension complémentaire des hommes est supérieure à celle des femmes. Pour les hommes, la réserve moyenne acquise s’élève à 28.872 €, alors qu’elle est de 15.587 € pour les femmes. La réserve médiane acquise est respectivement de 4.571 € pour les hommes et de 1.920 € pour les femmes. Dans toutes les tranches d’âge, les hommes se sont constitué davantage de droits de pension complémentaire que les femmes.

Chez les 56 à 65 ans, la tranche d’âge qui approche l’âge de la pension, la réserve de pension déjà constituée est la plus élevée. Dans cette tranche d’âge, la réserve moyenne acquise s’élève à 58.679 €, la médiane s’élève à 9.146 €.

Les personnes avec des droits actifs et dormants ont la pension de réserve la plus élevée

La réserve moyenne acquise des affiliés qui combinent des droits de pension actifs et dormants s’élève à 41.542 €. C’est près du double de la réserve de pension moyenne des personnes qui se constituent uniquement des droits de pension actifs dans leur emploi actuel (19.414 €). La différence est encore plus grande si on s’intéresse à la médiane : respectivement 10.629 € et 2.411 €. Les affiliés qui se sont uniquement constitué des droits lors d’un ou plusieurs emplois précédents, et qui sont donc affiliés « passivement » à un ou plusieurs anciens plans de pension, ont les réserves acquises les plus faibles.

La répartition par sexe n’y change rien. La réserve moyenne et médiane acquise est la plus élevée tant pour les hommes que pour les femmes qui combinent des affiliations actives et passives. Les affiliés avec uniquement un ou plusieurs droits de pension dormants ont la réserve de pension la plus faible. La réserve moyenne et médiane acquise est plus élevée pour les hommes que pour les femmes dans toutes les catégories.

Grandes disparités dans le montant de la réserve de pension

Le graphique ci-dessous montre, par sexe, la répartition en percentiles de la réserve de pension pour les affiliés qui approchent de l’âge de la pension (56 à 65 ans). Un percentile donne chaque fois le montant de la réserve de pension en dessous duquel un certain pourcentage des affiliés se trouve. Ainsi, le 10e percentile s’élève à 787 € chez les hommes, ce qui signifie que 10 % des hommes affiliés entre 56 et 65 ans ont une réserve de pension totale de 787 € ou moins (et 90 % ont donc une réserve de pension plus élevée). Chez les femmes dans la même tranche d’âge, les 10 % d’entre elles qui disposent des réserves acquises les plus faibles ont une réserve de pension maximale de 254 €. Les 10 % d’hommes affiliés avec les réserves acquises les plus élevées ont une réserve de pension d’au moins 206.199 €, alors que ce seuil s’élève à 93.320 € chez les femmes.

En déplaçant votre souris sur la courbe, vous pouvez également voir le montant de la réserve acquise sous la forme d’une rente mensuelle indicative. En cliquant sur le graphique, vous pouvez déplacer l’agrandissement (en haut à droite).

La moitié des hommes (50e percentile) ont des réserves acquises de 13.203 € ou moins, ce qui représente 47 € par mois exprimé sous la forme d’une rente mensuelle indicative. La moitié des femmes affiliées ont des réserves acquises d’un montant de 3.931 € ou moins, soit 14 € de rente mensuelle.

Définitions

Certaines personnes se constituent une pension complémentaire lorsqu’elles travaillent. Les salariés peuvent se constituer une pension complémentaire si leur employeur ou secteur d’activité propose un plan de pension complémentaire ou s’ils en prennent eux-mêmes l’initiative pour une pension libre complémentaire pour travailleurs salariés (PLCS). Les indépendants peuvent prévoir de se constituer une pension complémentaire en concluant une convention auprès d’un organisme de pension. Au moment du départ à la pension, la pension complémentaire (deuxième pilier) est payée en plus de la pension légale (premier pilier).

L'épargne de pension (que les personnes peuvent faire individuellement, indépendamment de leur profession, de leur propre initiative auprès d'une banque ou un assureur) n'est pas considérée ici comme une « pension complémentaire ».


  • Salarié ou indépendant qui est affilié à un plan de pension complémentaire et qui se constitue ou s’est constitué des droits de pension complémentaire.
  • Dans nos chiffres, un affilié correspond à : toute personne pour laquelle un état de compte avec des réserves de pension a été enregistré dans db2p par l’organisme de pension au 1er janvier de l’année concernée.

Une personne est « affiliée activement » si elle a uniquement une ou plusieurs affiliations actives à un plan de pension complémentaire.


Une personne est « affiliée passivement » si elle a uniquement une ou plusieurs affiliations inactives à un plan de pension complémentaire.


Une personne est « affiliée à la fois activement et passivement » si elle a au moins une affiliation active et une affiliation inactive à un plan de pension complémentaire.


Une affiliation est « active » si l’affilié se constitue des droits de pension complémentaire dans le cadre du plan de pension complémentaire de son emploi actuel. Par exemple, si le salarié est encore en service auprès de l’organisateur (employeur ou secteur) ou si l’indépendant est encore dirigeant d’entreprise de l’organisateur (société) ou si l’affilié verse encore des cotisations dans le cadre d’une PLCI, d’une PLCS ou d’une PLCIPP.


Une affiliation est « inactive » si par le passé, l’affilié s’est bien constitué une pension complémentaire, mais que pour le moment, il ne peut plus se constituer de droits de pension complémentaire dans le plan de pension complémentaire. Par exemple, si le salarié n’est plus en service auprès de l’organisateur (employeur ou secteur) ou si l’indépendant n’est plus dirigeant d’entreprise de l’organisateur (société) ou si l’année précédente, l’affilié ne versait plus de cotisations dans le cadre d’une PLCI, d’une PLCS ou d’une PLCIPP. Les réserves de pension déjà constituées sont alors laissées dans le plan de pension de l’ancien employeur, société, secteur, etc.


Il s’agit du montant des réserves de pension qu’un affilié s’est constituées à un moment donné et qui sont acquises. Ces réserves ne peuvent plus être retirées à l’affilié et peuvent être transférées à un autre organisme de pension si l’affilié s’affilie à un nouveau plan de pension. Il s’agit chaque fois de la réserve acquise au 1er janvier de l’année d’évaluation.


Ce montant reflète le montant mensuel auquel correspondrait la réserve de pension déjà constituée [au 1er janvier de l’année d’évaluation]. Pour le calculer, on part du principe que l’affilié ne se constituera plus d’autres droits [après le 1er janvier de l’année d’évaluation] et qu’il a déjà 65 ans. La transposition de la réserve acquise en une rente mensuelle indicative se fait de la même manière que sur mypension.be.


Les organismes de pension transmettent tous les ans à db2p l’état du compte de l’affilié. Il s’agit chaque fois de la situation relative aux droits de pension individuels au 1er janvier de l’année concernée (c’est-à-dire de l’année d’évaluation).


L’âge est calculé comme suit : « année d’évaluation moins année de naissance ». Il s’agit donc de l’âge atteint au cours de l’année d’évaluation.

Méthodologie

Downloads

DÉFINITIONS
MÉTHODOLOGIE